Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Biblissimo

Biblissimo

Vous trouverez ici des documents visant à une meilleure connaissance de la Bible, Ancien et Nouveau Testaments. Ils représentent le fruit de recherches personnelles. Je les mets à votre disposition en vous demandant de respecter les droits d'auteur. Bon travail!


Trajectoire des mages; trajectoire du disciple selon Matthieu

Publié par Biblissimo sur 5 Janvier 2015, 09:46am

Catégories : #Mages, #Récits de l'enfance de Jésus

Adoration des mages, par Giotto di Bordone, Chapelle Degli Scrovegni, Padou, Italie
Adoration des mages, par Giotto di Bordone, Chapelle Degli Scrovegni, Padou, Italie

Trajectoire d’une étoile pour des mages ; trajectoire d’un Évangile pour des disciples...

Méditation biblique.

Les lois de la nature, plus précisément le fait qu’une étoile apparaisse ou augmente en éclat, ont averti les savants astrologues d’un lointain pays d’Orient qu’un souverain était apparu dans une nation située à l’ouest de leur pays. Ils ne sont pas seulement savants : ils sont aussi cultivés et savent qu’un tel phénomène est le signe qu’un être humain s’apprête à faire progresser l’humanité d’une manière ou d’une autre. Et ils sont honnêtes. Ces savants en effet n’en resteront pas à l’observation des astres et à leurs calculs ingénieux : après en avoir averti les autorités[1] et après avoir reçu d’elles un ordre de mission ainsi que des présents dignes d’un destinataire royal, ils prennent la route pour porter leur salut à ce grand personnage.

Surprise : arrivés presque au terme de leur long voyage, pratiquement au bout de leur route, les mages se trouvent subitement en défaut de science : ayant perdu de vue l’étoile, ils tournent en rond ; il leur manque quelques centaines de mètres et cette courte distance rend comme inutiles les centaines de kilomètres parcourus. Ils ont voyagé en vain ! Leur science aurait-elle fait faillite ?

Cependant, parvenus au siège de la religion monothéiste, Jérusalem, et leur honnêteté étant accompagnée de modestie, ils vont s’adresser à d’autres savants, scribes et docteurs de la Loi des Juifs, savants d’une matière qu’ils ignorent : la science des écrits prophétiques de leur religion. Comme si la religion commençait où la science s’arrête et… chez qui accepte précisément les limites de ses compétences humaines. L’exégèse des textes sacrés va prendre le relai de la science rationnelle et de la culture. La lecture du firmament va laisser place à la lecture des Écritures – pourvu qu’il y ait des interprètes compétents en matière de promesses divines. Grâce à eux, l’Écriture sera plus éloquente que le mouvement des astres. Il faut des exégètes accompagnés de croyants ; et quand les exégètes sont croyants, c’est encore mieux : la foi donne aux textes ce mouvement particulier qui conduit irrésistiblement au salut !

L’honnêteté de nos savants voyageurs est telle qu’ils ne limitent pas leur démarche à l’identification du lieu précis de la naissance du souverain : ayant été informés du lieu prévu par les Écritures juives, ils s’y rendent et présentent au fils de David leurs hommages.[2] Ils passent du savoir au comportement, de la vérité scientifique au rapport personnel avec Celui que, sans le savoir, ils cherchaient et qu’ils ont enfin découvert. Et c’est alors pour eux le passage à l’adoration, au prosternement – même s’ils ne se rendent pas tout à fait compte de l’extraordinaire dignité de l’enfant auprès de qui l’étoile les a conduits.

Selon le récit évangélique, la trajectoire des mages prend alors fin : il ne leur est pas demandé, en effet, de témoigner auprès des Juifs rencontrés autour des livres prophétiques – seraient-ils seulement prêts à l’accueillir ? – mais de reprendre la route en sens inverse et de rentrer chez eux, non sans faire un détour chez leur souverain pour rendre compte du déroulement de leur mission. Car celle-ci est accomplie. Ils peuvent retrouver la pénombre de leur salle d’étude et retomber dans l’obscurité de l’histoire antique. Leur visite au fils de David ? Un souvenir, certes lumineux.

Trajectoire en boucle ? Un simple aller-retour à Bethléem ? Non. En tout cas pas pour celui qui continuera à lire le récit de Matthieu.

Car c’est alors, parallèlement au silence de mages ayant repris leurs observations (et rêveries) astrales, que les disciples de Matthieu vont prendre le relai… Le récit qui s’ensuit aura comme but de les informer en extension et en profondeur sur le fils de David et nouveau Moïse. Mais l’information, à la différence ce qui se passa pour les notables de Jérusalem de l’an 4 avant l’ère chrétienne, se sera prolongée chez les disciples en transformation : reçue comme une catéchèse, elle aura fait germer dans leur cœur la foi en Jésus de Nazareth le Messie et le zèle de le faire connaître. Au terme de leur voyage – et quel voyage ! – ils seront prêts à entendre : « Allez dans le monde entier… » (Mt 28, 19-20).

Que le mage en nous se transforme en disciple et le disciple en témoin et l’astre n’aura pas lui en vain ! Et les (trois) mages de nos crèches n’auront pas voyagé pour rien !

Notes:

[1] Ils savent que la science ne sert que dans la mesure où elle est accueillie par les décideurs de ce monde, car c’est à eux de donner les moyens de l’application des conclusions scientifiques et technologiques aux nécessités des hommes.

[2] L’évangéliste, avec une ironie certaine, nous dit que les exégètes ont refermé le livre de leurs Écritures et sont rentrés chez eux ; l’étonnement les a rassasiés plus que les enjeux de l’information, à savoir la concomitance entre des textes prophétiques et l’apparition d’une étoile. L’information ne se transforme pas en démarche d’accueil de celui qu’elle annonçait.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents