Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Biblissimo

Biblissimo

Vous trouverez ici des documents visant à une meilleure connaissance de la Bible, Ancien et Nouveau Testaments. Ils représentent le fruit de recherches personnelles. Je les mets à votre disposition en vous demandant de respecter les droits d'auteur. Bon travail!


Le procès de Jésus selon les synoptiques (1)

Publié par Biblissimo sur 22 Juillet 2015, 15:26pm

Catégories : #Christologie et Bible, #Fils de Dieu, #Procès de Jésus, #Temple

Le procès de Jésus selon les synoptiques (1)

Ce document veut attirer l'attention sur une explication peu connue du récit de Marc relatif à la décision de mettre à mort Jésus de Nazareth. Il s'agit de relier deux versets de la dernière étape du procès qui semblent concerner deux moments apparemment sans lien , les vv. 58 et 61 du ch. 14.

La scène est bien connue: de faux témoins accusent Jésus d'avoir déclaré être en mesure de rebâtir le Temple en trois jours, un Temple "non fait de main d'hommes" (14,58). L'évangéliste précise alors que les participants n'arrivaient pas à se mettre d'accord sur l'authenticité de cette supposée affirmation de Jésus (v. 59). Puis il rapporte l'intervention énergique et décisive du Grand Prêtre (vv. 60-64). Entre ces deux derniers éléments du récit, le v. 59 d'une part et les vv. 60ss d'autre part, le lecteur établit mentalement un saut, c'est-à-dire que le v. 60 est un rebondissement dans la trame, non directement provoqué par ce qui précédait. D'ailleurs la typographie de la Bible de Jérusalem y place un retour à la ligne...

L'interprétation que nous rapportons ici consiste à gommer ce "saut" et à considérer que la question décisive du Grand Prêtre: "Tu es le Christ, le Fils du Béni?" (v. 61) se situe dans la droite ligne de l'affirmation (supposée) de Jésus relative à la reconstruction d'un temple non fait de main d'homme.

L'élément qui le justifie se trouve dans l'éclairage qu'apporte un passage célèbre dans toute la tradition biblique, même s'il est peu utilisé par les auteurs des évangiles, à savoir l'oracle de Nathan à David en 2 Sm 7,12-14.

Le contexte est le suivant: David, oint (=christ) par volonté de Dieu, a établi sa royauté de manière splendide et durable; il s'est construit un palais dans lequel il réunit sa cour; cependant, homme pieux et reconnaissant, il s'inquiète de ce que l'on n'ait pas encore construit une "maison" digne de son Dieu; il envisage donc de s'en charger et en avertit son prophète attitré, Nathan (2Sm 7,1-3). Après une réponse encourageante, Nathan revient auprès du roi et lui transmet un oracle d'une importance capitale pour la conception de la royauté davidique, pas seulement dans le cadre historique et traditionnel de la royauté en Juda mais aussi dans sa dimension eschatologique. En voici les versets qui nous intéressent (12-14a):

"Quand tes jours seront accomplis et que tu seras couché avec tes pères, je maintiendrai après toi ton descendant issu de tes entrailles et j'affermirai sa royauté. Il construira une maison pour mon Nom et j'affermirai pour toujours son trône royal. Je serai pour lui un père et il sera pour moi un fils..."

N'y aurait-il donc pas, derrière les expressions attribuées à Jésus et déclarant qu'il avait l'intention de construire une maison pour Dieu, puis dans la question que le Grand Prêtre adresse à Jésus pour lui faire avouer qu'il se considère comme "le Christ, le Fils du Béni", l'affirmation que Jésus est bel et bien ce descendant de David dont le trône royal sera garanti par Dieu pour toujours? On comprends alors mieux pourquoi le Grand Prêtre a précisément voulu interroger Jésus dans ce sens...

Pour poursuivre l'étude: découvrir comment la formulation de l'ancienne confession de foi en Rm 1,3-4 reprend ce même oracle de Nathan.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents