Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Biblissimo

Biblissimo

Vous trouverez ici des documents visant à une meilleure connaissance de la Bible, Ancien et Nouveau Testaments. Ils représentent le fruit de recherches personnelles. Je les mets à votre disposition en vous demandant de respecter les droits d'auteur. Bon travail!


Quand saint Paul renvoie aux enseignements de Jésus et au kérygme apostolique...

Publié par Biblissimo sur 14 Octobre 2010, 10:40am

Catégories : #Corpus paulinien

Surprise : dans ses lettres[1], Paul ne cite qu’exceptionnellement deux ou trois paroles de Jésus. Désintérêt pour le ministère terrestre de Jésus au profit du Christ glorifié ? Voici la liste des passages des lettres pauliniennes dans lesquelles nous trouvons, d'une manière ou d'une autre, une référence explicite ou implicite à des données concernant le Jésus terrestre ou son enseignement et transmise à Paul.

 

1 Th 4,15 : « Voici en effet ce que nous avons à vous dire, sur la parole du Seigneur. Nous, les vivants… »

1 Th 5,1-5 : « Quant aux temps et moments, vous n’avez pas besoin, frères, qu’on vous en écrive. Vous savez vous-mêmes parfaitement que le Jour du Seigneur arrive comme un voleur en pleine nuit. Quand les hommes se diront: Paix et sécurité ! c’est alors que tout d’un coup fondra sur eux la perdition, comme les douleurs sur la femme enceinte, et ils ne pourront y échapper. Mais vous, frères, vous n’êtes pas dans les ténèbres, de telle sorte que ce Jour vous surprenne comme un voleur : tous vous êtes des fils de la lumière, des fils du jour. Nous ne sommes pas de la nuit, des ténèbres. »

1 Co 7 : « Quant aux personnes mariées, voici ce que je prescris, non pas moi, mais le Seigneur : que la femme ne se sépare pas de son mari […] Pour ce qui est des vierges, je n’ai pas d’ordre du Seigneur, mais je donne un avis en homme qui, par la miséricorde du Seigneur, est digne de confiance. Je pense donc que c’est une bonne chose… »

1 Co 9,14 : « Ne savent-ils pas que les ministres du temple vivent du temple, que ceux qui servent à l’autel partagent avec l’autel ? De même, le Seigneur a prescrit à ceux qui annoncent l’Évangile de vivre de l’Évangile. Mais je n’ai usé, moi, d’aucun de ces droits… »

Saint Paul poursuit dans la ligne du précepte évangélique : donner gratuitement ce qu’on a reçu gratuitement : Mt 10, 8 : « Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement ».

Rm 14,14 : « Je le sais, j’en suis certain dans le Seigneur Jésus, rien n’est impur en soi… » Cf. Mc 7,15.19 : « Il n’est rien d’extérieur à l’homme qui, pénétrant en lui, puisse le souiller, mais ce qui sort de l’homme, voilà ce qui souille l’homme […] Ainsi il déclarait purs tous les aliments. »

Paul renvoie au précepte du Seigneur concernant la fraction du Pain : « Pour moi, j’ai reçu du Seigneur ce qu’à mon tour je vous ai transmis : le Seigneur Jésus, la nuit où il était livré… » (1 Co 11,23ss).

Les exhortations morales de Paul tiennent une grande place dans les épîtres. On sent que Paul est imprégné des directives du Sermon sur la Montagne !

Rm 12,14 : « Bénissez ceux qui vous persécutent ; bénissez, ne maudissez pas » : cf. Mt 5,42 : « Aimez vos ennemis, et priez pour vos persécuteurs ! »

1 Co 6,7 : « C’est déjà pour vous une défaite que d’avoir des procès entre vous. Pourquoi ne pas souffrir plutôt l’injustice ? Pourquoi ne pas vous laisser plutôt dépouiller ? » Cf. Mt 5,39-42 : « Eh bien ! moi je vous dis de ne pas tenir tête au méchant : au contraire, quelqu’un te donne-t-il un soufflet sur la joue droite, tends-lui encore l’autre ; veut-il te faire un procès et prendre ta tunique, laisse-lui même ton manteau ; te requiert-il pour une course d’un mille, fais-en deux avec lui. À qui te demande, donne ; à qui veut t’emprunter, ne tourne pas le dos. »

Rm 13,10 : « La charité est donc la Loi dans sa plénitude. » Ga 5,13-14 : « Par la charité mettez-vous au service les uns des autres. Car une seule formule contient toute la Loi en sa plénitude : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. » Mt 7,12 : « Ainsi, tout ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le vous-mêmes pour eux: voilà la Loi et les Prophètes. »

Cf. aussi l’hymne à la charité de 1 Co 13.

Rm 13,1-7 : « Rendez à chacun ce qui lui est dû : à qui l’impôt, l’impôt ; à qui les taxes, les taxes; à qui la crainte, la crainte; à qui l’honneur, l’honneur. » Cf. Mt 22,16-21 : « Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu. »

Paul est un citadin et n’a pas l’habitude de la campagne dont les images émaillent l’enseignement de Jésus. Donc, l’image de la plantation en 1 Co 3 pourrait être un développement de l’image évangélique reçue de l’Église primitive, tandis que le développement sur l’intendant fidèle (1 Co 4,1-2) reprend la parabole de Lc 12,42-46.

Paul avait-il eu accès aux recueils de paroles du Seigneur ? Sans doute (W.D. Davies). Il se réfère à la douceur et à l’indulgence dont le Christ a fait preuve durant sa vie (2 Co 10,1 : « C’est moi, Paul en personne, qui vous en prie, par la douceur et l’indulgence du Christ, moi si humble avec vous face à face, mais, absent, si hardi à votre égard »).

À plusieurs reprises, Paul demande à ses disciples de prendre exemple sur lui, pour être alors imitateurs du Christ : « Montrez-vous mes imitateurs, comme je le suis moi-même du Christ » (1 Co 11,1) ; « Et vous vous êtes mis à nous imiter, nous et le Seigneur, en accueillant la parole, parmi bien des tribulations, avec la joie de l’Esprit Saint : vous êtes ainsi devenus un modèle pour tous les croyants de Macédoine et d’Achaïe » (1 Th 1,6-7).

Cependant il est étonnant de ne pas trouver dans ses lettres d’allusion au fait que Jésus mangeait avec les pécheurs, alors que le problème de la commensalité entre chrétiens d’origine juive et ceux d’origine païenne était crucial…

Mais c’est surtout l’exemple de la parfaite soumission du Christ dans sa Passion et sa mort que le chrétien doit imiter (Ga 3 : « les traits proegraphè »). Cela devient règle de vie pratique quotidienne, concentré de tout le mystère pascal : « Vous connaissez, en effet, la libéralité de notre Seigneur Jésus Christ, qui pour vous s’est fait pauvre, de riche qu’il était, afin de vous enrichir par sa pauvreté » (2 Co 8,9).

En fait, Paul ne se réfère que deux ou trois fois à la Tradition reçue du Seigneur, car il préfère exprimer la Tradition de l’Église (Becker, p. 145-149).



[1] En Ac 20, 35, Luc met sur les lèvres de Paul une citation de Jésus qu’on ne trouve nulle part ailleurs : « Il y a plus de joie à donner qu’à recevoir ». Est-elle de Paul ou de Luc ? On peut s’interroger.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents