Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Biblissimo

Biblissimo

Vous trouverez ici des documents visant à une meilleure connaissance de la Bible, Ancien et Nouveau Testaments. Ils représentent le fruit de recherches personnelles. Je les mets à votre disposition en vous demandant de respecter les droits d'auteur. Bon travail!


Petite catéchèse biblique sur la fin du monde

Publié par Biblissimo sur 26 Novembre 2012, 17:07pm

Catégories : #Dossiers bibliques (Marie - Eglise...)

Cet exposé veut être un résumé de l’espérance chrétienne concernant l’avenir définitif de l’humanité – ce qu’on appelle dans le jargon des théologiens les « fins dernières ».

Cet exposé se donne des limites : celles d’être autant que possible dans le prolongement des écrits bibliques. Il n’entre donc pas dans les discussions proprement théologiques qui ne seraient pas suggérées par les Écritures Saintes, lues dans leur contexte global, notamment dans la tradition juive.

Une certitude : la formulation de la Tradition chrétienne concernant les « fins dernières » dépend totalement des écrits bibliques, ceux de l’Ancien et du Nouveau Testament, dont elle prend la suite. Bien entendu, la réflexion théologique est centrée sur la victoire totale du Christ glorifié et établi Seigneur auprès de Dieu son Père. Une juste compréhension de cette formulation est donc indispensable pour le développement de la réflexion théologique.

De fait, les écrits du NT contiennent de nombreux passages ayant pour but d’annoncer une fin du monde et d’y préparer les lecteurs. Même si les textes des évangiles sont ici ou là une adaptation à telle ou telle situation de l'Eglise primitive, nul doute que Jésus avait le souci d’enseigner ses disciples dans ce sens.

1. Un enseignement prophétique en images

Les textes principaux sont: le ch. 13 de Marc, les ch. 17 et 21 de Luc, les ch. 24-25 de Mt, une grande partie des deux Lettres aux Thessaloniciens, certains passages des lettres aux Corinthiens (surtout  1 Co 15). Un livre tout entier est consacré à cet enseignement prophétique : l’Apocalypse de Jean.

1.1 Que nous disent les évangiles sur la fin du monde?

Ils annoncent qu'à une date proche on constatera:

- des catastrophes, des guerres, des famines, des perturbations dans les astres;

- l'avènement - aux yeux de tous les hommes - du Christ pour mener sa victoire à son accomplissement;

- un jugement de toute l'humanité rassemblée sous l'autorité du Christ;

- la rétribution des hommes, soit pour la vie, soit pour la géhenne;

- le rassemblement des justes;

- la résurrection des morts.

 

Un disciple du Christ doit donc croire, ou mieux espérer, qu’il y aura une fin de notre monde et l’avènement d’un monde sans mal, tout entier soumis au Christ Seigneur.

Cependant, quand on rassemble tous les textes eschatologiques et qu’on les lit de près, on se rend compte qu’ils présentent une multiplicité de mises en scènes et d’explications, une grande diversité d’images et de représentations. Cette multiplicité et cette diversité ont pour conséquence l’impossibilité pour nous de dresser un tableau final.

N.B. : Il n’existe pas de tradition correspondante en culture africaine.

2. D’où viennent les récits à caractère eschatologique ?

De la tradition prophétique juive.

On retrouve le langage en provenance de l’A.T. On annonce des guerres, des famines (Jr 11, 22 ; 14, 12-15) et des tremblements de terre : tout cela appartient aux formules classiques chez les derniers prophètes pour exprimer l’avènement du Jour de Yhwh. C’est donc une manière de situer l’avenir annoncé par Jésus comme accomplissement des prophéties, notamment celles concernant la manifestation du Fils de l’homme (Dn 7), personnage chargé de faire aboutir la victoire divine.

En reprenant ce langage assez spécial, Jésus a inséré trois caractéristiques proprement « chrétiennes » :

1/ Certaines épreuves seront directement dirigées vers ceux qui annoncent l’Évangile : ce seront des persécutions ; certaines seront provoquées par leurs propres parents ;

2/ Les disciples recevront une aide spéciale de Dieu, par son Esprit Saint, de sorte que leurs épreuves seront l’occasion de rendre témoignage au Christ ;

3/ La fin des temps n’interviendra pas avant que l’Évangile n’ait été proclamé à toute les nations.

De plus, dans les récits évangéliques, il n’en parle pas de lui-même, mais uniquement pour répondre à une préoccupation de ses disciples en admiration devant la splendeur du Temple de Jérusalem (ou des pharisiens en Lc 17). On doit ajouter qu’il ne s’exprime pas sous l’effet d’une vision ou d’une révélation particulière (du genre : « Je vis les cieux ouverts… »).

3. Qu’est-ce que les images veulent enseigner ?

Ce paragraphe est extrêmement important. Il permet de relire ces textes au-delà des images. Quelle théologie ces textes veulent-ils formuler ? On peut ramener à cinq les fondements de l’eschatologie nétotestamentaire :

a) Dieu accomplira ses promesses et rétablira le paradis pour les justes d’Israël / les élus ;

b) Le Fils de l’homme sera manifesté dans toutes son autorité et sa puissance ;

c) Tous les hommes seront jugés en fonction de leur rapport à Israël ou à l’Église, puis récompensés ou châtiés ;

d) Alors il y aura un rassemblement universel des élus, formant alors le peuple saint de Dieu, la Jérusalem céleste ;

e) Et le Mal sera totalement évacué de cette Terre nouvelle.

Noter que la résurrection des corps n’est pas ici un élément fondamental ; elle est une étape postulée pour une bonne compréhension de l’étape d), car il ne peut y avoir de Jérusalem céleste sans des membres ayant toutes leurs facultés ; il ne peut y avoir de Corps du Christ si les membres n’ont pas eux-mêmes leur propre corps, par lequel se réalisent les relations interpersonnelles. De plus, que serait la victoire de Dieu si ses élus ne recouvraient pas l’intégrité de leur nature humaine ? Dans l’anthropologie biblique, une âme sans corps est amputée d’une partie essentielle de sa raison d’être.

Ajoutons que le style et le langage utilisés ont pour but de faire peur, plus précisément de provoquer à la décision radicale, celle d’être « du bon côté ».

4. Quand ?

Il est impossible à l’homme de connaître la date de la fin du monde : même le Fils de l'homme ne la connaît pas ! Donc, n’accordons pas d’importance à toutes les pseudo-prophéties qui donnent une date pour la fin du monde !

Il y a tout de même une référence temporelle et une seule : quand l’Évangile aura été proclamé partout dans le monde. Mais ce n’est pas assez précis. En tout cas, cela nous invite à ne pas nous enfermer dans nos caves ou nos abris antiatomiques !

5. À quels signes ?

En général, on se dit que l’association de l’universalisation et de la radicalisation du Mal sera le signe de la proximité de l’intervention finale de Dieu. Car les élus n’auront aucun moyen de les vaincre ; de plus, ils seront en situation de persécutés. Cela rendra nécessaire l’intervention divine définitive, entre autres pour arracher les élus aux persécuteurs. Pourquoi pas ?

Cependant, soyons sérieux. D’une part, le mal que nous constatons aujourd’hui a existé hier et se retrouvera demain. C’est logique : on ne peut pas prévoir l’avenir.

D’autre part, comment peut-on faire une évaluation du degré de mal au-delà duquel Dieu, forcément, va intervenir ? De quel droit pourrait-on dire que les atrocités de telle guerre (la Deuxième guerre mondiale par exemple pour l’Occident du XX° siècle) n’ont pas été assez graves pour « mériter » que Dieu mette définitivement fin au Mal ? Quel degré sur l’échelle du Mal constituerait la limite extrême déclenchant – enfin – le processus de fin de monde ? Une telle vision est irresponsable, absurde : la mort d’un seul innocent « mérite » la fin du monde. À commencer par le jeune Abel tué dans le silence de la campagne.

6. Conclusion

Veillez ! Oui, mais cela consiste à bien remplir notre mission au nom du Seigneur, notamment l’annonce de l’Évangile là où la Providence nous a placés. Donc pas de passivité ou de retraite loin du monde.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents